La Ford Fusion Sport 2017 n’est plus une voiture de vendeur

La Ford Fusion Sport 2017 n’est plus une voiture de vendeur

{u'fr': u'Ford Fusion Sport 2017'}

La nouvelle version Sport de cette voiture de vendeur qu’est la Ford Fusion n’est pas si exceptionnelle. J’entends par là que Ford a déjà offert dans le passé des Taurus SHO et bien sûr la Contour SVT (1998-2000). Pendant que la seconde faisait écarquiller les yeux des journalistes automobiles et des consommateurs en Amérique du Nord, sa jumelle européenne, la Mondeo, a connu un certain succès dans le championnat britannique des voitures de tourisme (BTCC).

Aujourd’hui, après avoir dépensé beaucoup d’argent pour développer des moteurs EcoBoost turbocompressés à 3, à 4 et à 6 cylindres, Ford a saisi le bon moment pour rehausser un peu la performance de la Fusion.

À propos, saviez que vous que la Fusion est celle qui offre le plus grand choix de mécaniques parmi tous les véhicules de Ford? Ça inclut entre autres un 4-cylindres atmosphérique et un système hybride rechargeable. 

Du muscle sous le capot
Le V6 turbo de 2,7 litres se veut l’ajout le plus récent. Sans surprise, c’est aussi le plus puissant de la gamme de la Fusion 2017. Il génère 325 chevaux, tandis que son couple de 380 livres-pied est supérieur à celui des Cadillac ATS Vsport et BMW 340i xDrive — des concurrentes assez sportives, merci. 

Pour le reste, la Ford Fusion Sport 2017 comprend un parechoc avant plus aérodynamique, des jantes teintées de 19 pouces, une calandre à grillage alvéolaire et 4 embouts d’échappement. Son look, dans l’ensemble, est fort attrayant. Il faut dire que la Fusion à la base est une jolie berline, l’une des plus belles de la catégorie. J’aime particulièrement la robe Bleu éclair de mon modèle d’essai; on peut avoir cette couleur sur d’autres versions, mais elle semble avoir été conçue dès le départ pour la Sport.

À l’intérieur, les différences ne sautent pas autant aux yeux. Les sièges arborent un revêtement spécial en cuir et en suède Alcantara, mais je les aurais choisis dans un autre ton que gris (ce qui, malheureusement, est impossible). On retrouve aussi des garnitures en aluminium mat, en fibre de carbone et en chrome, de même qu’un « S » à place du « L » sur le levier de vitesses — j’y reviendrai un peu plus tard. Ailleurs, c’est comme dans la Fusion ordinaire, c’est-à-dire un décor moderne, mais inondé de plastique. 

La Fusion Sport inclut de série le système d’infodivertissement SYNC 3, l’un des meilleurs de l’industrie. Son écran tactile de 8 pouces a de gros boutons qui réagissent bien au toucher et la disposition des sous-menus au bas de l’écran est très logique. On n’a pas besoin de chercher longtemps pour trouver la commande ou la fonction désirée.

À cela s’ajoutent des sièges avant chauffants et ventilés (celui du conducteur possède même 10 réglages électriques), un climatiseur automatique à 2 zones, une chaîne audio Sony à 12 haut-parleurs, un régulateur de vitesse adaptatif et un système de maintien actif dans la voie (à notre discrétion, il peut soit nous ramener au centre ou juste nous avertir d’une déviation de trajectoire). 

Tous les bons outils
Vous ne lisez sûrement pas cette évaluation de la plus sportive des Ford Fusion pour en apprendre davantage sur son climatiseur, n’est-ce pas? Après tout, la version Platinum est remplie des mêmes commodités de luxe.

Ce qui doit plutôt vous intéresser, c’est de savoir si cette Fusion mérite bien son appellation « Sport » ou si, comme on a souvent vu dans le passé, la performance n’est pas à la hauteur des ajouts esthétiques. Eh bien, j’ai le plaisir de vous informer que les chiffres ne mentent pas : la Ford Fusion Sport 2017 décolle avec beaucoup d’aplomb, aidée par sa boîte automatique à 6 rapports et sa traction intégrale. Bien que le système ne transfère du couple aux roues arrière qu’au besoin, par exemple lors d’une accélération brusque, on peut se réjouir de sa présence, car il évite de brûler les pneus avant et de fatiguer nos bras (vous imaginez l’effet de couple qui se produirait sinon?). 

L’indicateur de puissance derrière le volant a peine à suivre la cadence. On peut le remplacer par un mini-tachymètre numérique, ce qui est plus approprié pour une berline axée sur la performance comme la Fusion Sport. Les palettes de changement de rapport au volant permettent d’effectuer des passages rapides et fluides. Vous vous en servirez plus souvent que vous croyez.  

C’est particulièrement vrai après avoir appuyé sur le petit bouton « S » auquel j’ai fait allusion tout à l’heure. Il rend l’accélérateur plus nerveux, raffermit les amortisseurs adaptatifs et modifie la programmation de la boîte de vitesses afin de limiter autant que possible les interruptions de puissance. Toutefois, même dans ce mode et en utilisant les palettes, la voiture passe automatiquement au rapport supérieur quand l’aiguille s’approche trop de la zone rouge. C’est un peu dommage, mais pas de quoi faire une croix sur la Fusion Sport.

Les amortisseurs en question travaillent de concert avec le rouage intégral pour garder le châssis à l’ordre, c’est-à-dire stable et à plat dans les courbes. Vraiment, on ne s’attend pas à ce genre de tenue de route de la part d’une Fusion. Si vous n’avez pas encore de route préférée pour lâcher votre fou, elle vous incitera à en trouver une.

Une conduite étonnamment plaisante
Pour cet essai de la Ford Fusion Sport 2017, j’ai choisi les mêmes routes sur lesquelles j’ai l’habitude de tester des voitures sport, car je sentais qu’elle méritait une chance de se faire valoir dans pareil contexte. 

À ma grande joie, elle a réussi à s’illustrer, confirmant les efforts du constructeur pour en faire un véhicule mondial. Rappelons que les Européens sont généralement plus friands des voitures maniables et agiles que nous en Amérique du Nord, qui privilégions le confort de roulement en majorité.

Évidemment, si c’est ce que vous recherchez, les autres modèles de Fusion sauront vous satisfaire, et ce, pour pas mal moins cher que la Sport (42 288 $). Je demande en fait quelle place peut prendre dans le marché une berline sport intermédiaire qui ne provient pas d’une marque de luxe. J’espère que la Fusion Sport ne sera pas reléguée aux oubliettes pour autant, car elle procure beaucoup de plaisir sans sacrifier les avantages d’une voiture familiale. En termes de conduite, c’est l’une de mes belles surprises de l’année.

Besoin d’un 2e avis? Lisez notre essai de la Ford Fusion Sport 2017 par Miranda Lightstone.

 

Essais routiers et nouvelles Ford