Un périple de près de 4 000 km au volant du Ford Edge Sport 2017

Un périple de près de 4 000 km au volant du Ford Edge Sport 2017

{u'fr': u'Ford Edge Sport 2017'}

Le Ford Edge a-t-il vraiment besoin de présentation? Redessiné pour l’année-modèle 2015, il est l’un des véhicules utilitaires sport intermédiaires les plus populaires de sa catégorie. Conçu pour transporter 5 personnes, il se compare aux Hyundai Sante Fe Sport, Kia Sorento, Nissan Murano et Jeep Grand Cherokee de ce monde. Un périple de 3 750 kilomètres nous a permis d’évaluer ce modèle plus en profondeur.

Le Ford Edge nous revient en 2017 avec une ligne plus distinctive mettant en vedette une calandre massive, des phares effilés ainsi que des feux arrière plus pointus. Ce qui nous intéresse ici, c’est la version Sport avec un intérieur plus racé, un équipement complet et surtout le moteur V6 EcoBoost biturbo de 2,7 litres qui développe 315 chevaux et 350 livres-pied de couple. Il s’accompagne d’une boîte automatique à 6 rapports (que le conducteur peut manier manuellement grâce aux palettes au volant) et d’une traction intégrale (très utile en situation hivernale, mais qui peut aussi jouer un rôle important sur pavé glissant en été). L’Edge Sport se reconnaît aussi à ses pneus Hankook 245/50 montés sur jantes de 20 pouces. 

Tout cela devrait inspirer le mordu de véhicules de performance, mais pour les fins de cet article, c’est son côté tourisme qui retiendra notre attention! 

Première étape – Montréal à Wildwood 
Il n’y a pas de meilleure façon d’évaluer un véhicule que de l’utiliser pour un long trajet. Dans le cas qui nous intéresse, le Ford Edge Sport devra nous mener d’abord de la région montréalaise jusqu’à Wildwood, au New Jersey, une station balnéaire de l’Atlantique très prisée des petites familles. Cet endroit est aussi le théâtre, au début de juin, d’un évènement connu sous le nom de « Race of Gentlemen », ni plus ni moins qu’un happening pour voitures de course d’avant 1935 (avec des moteurs plus vieux que 1953) et pour motos d’avant la Deuxième Guerre mondiale. Le tout se déroule dans un enclos réservé sur la plage avec des courses d’accélération sur un tracé de sable d’un huitième de mille. 

Pour nous y rendre, nous empruntons des autoroutes pittoresques, dont la 15 Sud à partir de Montréal, qui devient l’Interstate 87 une fois les frontières américaines traversées, passant au travers des montagnes de l’Adirondack et des Catskill de l’état de New York. La route est superbe, mais elle comprend aussi de bonnes montées et descentes que le Ford Edge Sport attaque avec aisance grâce au régulateur de vitesse adaptatif (celui-ci ralentit le véhicule à l’approche d’un autre qui roule plus lentement, puis le relance à sa vitesse de croisière lorsque la route est libre). En termes de puissance, le V6 EcoBoost n’est surtout pas gêné par l’effort. 

Juste avant d’arriver à New York, il faut bifurquer sur le Garden State Parkway, direction Cape May, une route à péage qui s’élargit parfois à 8 voies! Les dénivellations ne sont pas prononcées, mais la circulation y est importante. 

Ce qui est intéressant avec l’Edge Sport, c’est ce moteur EcoBoost qui livre des performances inattendues. Passer de 0 à 100 km/h demande moins de 6 secondes et les reprises impressionnent tout autant. Les amateurs de performance noteront que Ford a amplifié le son du V6 grâce à la technologie Engine Sound Enhancement, qui fonctionne par le biais des haut-parleurs du véhicule. Autrement dit, lorsqu’on sollicite vivement le V6, le son ambiant dans l’habitacle (avec les glaces fermées) se compare à celui d’un V8! Petit bémol : il est impossible de l’ajuster.

Deuxième étape – Wildwood à Indianapolis
Quittant Wildwood, nous relions les côtes de l’Atlantique aux débuts du Midwest américain, soit à Indianapolis et plus précisément le légendaire Indianapolis Motor Speedway où se déroule un évènement de la Sportscar Vintage Racing Association (SVRA) mettant en vedette des voitures de course des années 1960, des anciennes Formules et même des autos de la nouvelle série Trans Am 2. 

D’abord, il faut prendre la route 76 vers l’ouest à partir de la région d’Atlantic City, une route à péage qui passe à travers le New Jersey et la Pennsylvanie, puis passer à la route 70 qui mène de la région de Pittsburgh vers la Virginie occidentale avec ses tunnels dans les montagnes, l’Ohio avec ses vallées verdoyantes et enfin l’Indiana avec ses plaines propices à l’agriculture. 

Pour le voyageur, le Ford Edge Sport 2017 s’avère un véhicule idéal. Il est non seulement spacieux, mais aussi confortable et silencieux. De plus, la visibilité est très bonne. Toutefois, son capot massif nuit à l’évaluation des distances à l’avant (ce que la caméra d’avant peut régler lors des manœuvres de stationnement). Le tableau de bord est d’un design moderne contenant toute l’instrumentation nécessaire à un long trajet. Le pilote a droit à un centre d’information très utile concernant la consommation de carburant et d’autres données importantes. Au centre de la planche, le grand écran illustre très bien les détails de la navigation du tout récent système SYNC 3 (beaucoup plus convivial que celui qu’il remplace) ou, au besoin, les informations concernant la musique.

Ce même écran nous vient en aide lors des manœuvres de marche arrière ou de stationnement. Le volant a aussi une série de boutons pour diverses fonctions, mais il faut avouer que les commandes vocales se révèlent pratiques pour ne pas quitter la route des yeux. 

Les sièges avant à multiples réglages procurent beaucoup de confort. Ils sont bien entendu chauffants, mais sur une longue distance sous un soleil ardent, nous avons surtout mis à profit le système de ventilation de ces sièges qui les rend encore plus confortables. Mentionnons par ailleurs les nombreux espaces de rangement et les porte-gobelets. À l’arrière, la banquette peut accueillir 3 personnes, mais seulement les places extérieures sont chauffantes. Quant à l’énorme toit ouvrant en verre, il vaut mieux utiliser le paresoleil sous les chauds rayons du Midwest. 

La partie la plus intéressante de cet habitacle est sans doute l’espace de chargement arrière. Pour 2 adultes devant voyager vers la plage puis au centre du pays, il peut transporter non seulement leurs bagages, mais aussi divers accessoires utiles, dont les chaises et les glacières. On y accède par un simple mouvement de la jambe sous le parechoc arrière (ce qui soulève automatiquement le hayon ou le referme) et on peut profiter de la toile cache-bagages et des points d’ancrage. En ce qui a trait à la capacité de remorquage, le Ford Edge Sport muni du V6 EcoBoost de 2,7 litres peut tirer un maximum de 2 000 livres. Les autres versions dotées du V6 de 3,5 litres peuvent aller jusqu’à 3 500 livres!

Conduire sur les routes 76 et 70 exige une certaine concentration malgré les aides électroniques comme le détecteur d’obstacle dans les angles morts et le régulateur de vitesse adaptatif. En effet, même si la vitesse maximale y est de 70 mi/h (113 km/h), il faut suivre le flot de la circulation qui varie de 80 à 85 mi/h (129 à 137 km/h), ce qui joue beaucoup sur la moyenne de consommation. 

Troisième étape – Indianapolis à Montréal
Après une journée passée au Indianapolis Motor Speedway, où l’on retrouve également un incroyable musée de voitures de course célèbres, il est temps de rentrer au bercail par les routes moins bien entretenues du Michigan. Après avoir goûté à sa grande douceur de roulement et à son silence intérieur exemplaire, nous avons pu profiter de la souplesse de la suspension du Ford Edge Sport. 

Le retour s’effectue en passant par Détroit (c’est fou ce qu’il y a à visiter concernant l’automobile dans cette région) pour traverser la rivière du même nom vers l’Ontario et ensuite prendre l’autoroute 401 vers Montréal. À propos, le détour qui contourne Toronto par la 407 et la 412 (environ 40 $) en vaut la peine; on y gagne certainement beaucoup de temps.   

Pour ce qui est de la consommation de carburant, notre Ford Edge Sport 2017 affiche une moyenne finale de 9,2 L/100 km, ce qui n’est pas si mal étant donné que nous avons dû rouler bien au-delà de la vitesse idéale. Le prix de base de ce modèle est de 46 495 $.

Certes, on peut lui trouver quelques défauts, notamment un rayon de braquage trop grand pour certaines manœuvres de stationnement, mais dans l’ensemble, les grands voyageurs seront étonnés des capacités du Ford Edge Sport sur les belles autoroutes nord-américaines.  

 

Essais routiers et nouvelles Ford