Seulement 1000 unités seront produites lors des quatre prochaines anné

Seulement 1000 unités seront produites lors des quatre prochaines anné

Seulement 1000 unités seront produites lors des quatre prochaines anné

Véhicules neufs

La première Ford GT 2017 sort de la chaîne de montage au Canada

MARKHAM, Ontario – L’histoire de la Ford GT est comme un bon film d’action rempli de suspense, de vengeance et de gloire.

Tout a commencé au début des années 1960 quand Enzo Ferrari, fondateur de l’illustre compagnie automobile du même nom, a décidé de ne plus la vendre à Ford. Ceci a poussé Henry Ford II à vouloir battre Ferrari à son propre jeu, c’est-à-dire la course. On ne parle pas de n’importe quelle course non plus : les 24 Heures du Mans. En 1966, Ford y a participé et est montée sur les trois marches du podium.

Voilà les origines de la Ford GT, qui portait alors le nom de « GT40 ». Cette voiture phare biplace et à moteur central est vite devenue une légende et, en 2005-2006, Ford l’a fait renaître sous la forme d’une édition limitée. Dix ans plus tard, une troisième version voit le jour.

Je me trouve chez Multimatic, une firme d’ingénierie et de production automobile basée à Markham, en Ontario, là où est fabriquée la toute nouvelle Ford GT 2017. C’est incroyable de voir l’amour et la passion qui animent les employés pendant que le premier exemplaire de série quitte la chaîne de montage. Celui-ci, peint en noir lustré avec des bandes orange, sera livrée à William Clay Ford Jr., arrière-petit-fils de Henry Ford et actuel président du conseil de Ford.

Dès le premier coup d’œil, il y a de quoi être impressionné par le souci du détail et la précision de la nouvelle supervoiture de Ford. Les angles et les arêtes évoquent clairement la performance, tandis que les phares à DEL et les embouts d’échappement sont de vraies œuvres d’art.

C’est dommage : seulement 1 000 unités seront produites lors des quatre prochaines années (250 par année), mais ça fait partie du cachet exclusif de la nouvelle Ford GT. De même, pour l’édition de 2005-2006, la compagnie n’avait fabriqué que 4 000 exemplaires pour couvrir les deux années.

« C’est bel et bien la supervoiture que nous devions créer, sans excuses ni compromis, a déclaré Raj Nair, vice-président à la direction du développement mondial de produits chez Ford. C’est non seulement une grande réalisation pour Ford et pour les fidèles clients de la GT, mais aussi un excellent programme pour approfondir nos technologies et nos compétences en vue de les transposer au reste de notre gamme. »

La production de la GT pour la route n’est qu’une moitié de l’équation; l’autre est la course automobile. En juin dernier, aux 24 Heures du Mans, la Ford GT a remporté l’épreuve dans la classe GTE Pro, faisant ainsi honneur à la GT40 championne il y a 50 ans.

« Au début de 2016, nous avions deux objectifs principaux avec la Ford GT, soit de connaître du succès aux 24 Heures du Mans et de commencer les livraisons du modèle de série avant la fin de l’année. C’est réussi dans les deux cas », a renchéri Nair.

Évidemment, la Ford GT 2017 fait beaucoup jaser avec son V6 EcoBoost biturbo de 3,5 litres. Bien que ce moteur paraisse petit derrière la vitre qui le sépare de l’habitacle, il ne manque pas de puissance grâce à l’injection directe : 600 chevaux, pour être plus précis. Jumelé à une boîte à double embrayage à sept rapports, il autorise des sprints de 0 à 100 km/h en trois secondes et une vitesse de pointe de plus de 320 km/h.

Le moteur de la Ford GT 2017 illustre parfaitement les temps qui changent; en fait, seule sa position centrale demeure identique. Il y a dix ans, on n’aurait jamais parlé de réduire la taille d’un moteur dans une supervoiture, car cela aurait été vu comme un blasphème. De nos jours, par contre, tout est une question d’équilibre entre puissance et légèreté, avec un grand souci d’aérodynamisme. La décision d’y aller avec un V6 n’a été qu’une affaire de mois après l’approbation du projet.

« La toute nouvelle Ford GT démontre notre force en matière d’innovation ainsi que notre engagement à en donner plus à nos clients, surtout en ce qui concerne les matériaux légers, l’aérodynamisme et les moteurs EcoBoost », a expliqué Nair.

À l’heure actuelle, aucun prix exact n’a été fixé pour le marché canadien. Il a été question de 450 000 $US environ, soit l’équivalent d’une Lamborghini Aventador. En outre, nous ne savons pas combien d’unités seront allouées aux clients d’ici. Le vice-président de Ford mentionne que le tout a été « planifié en fonction de la répartition des ventes à l’échelle mondiale ».

L’usine Multimatic fabriquera une Ford GT par jour en utilisant quelque 6 000 pièces et 85 ouvriers répartis dans sept stations différentes. C’est le plus gros défi à ce jour pour la compagnie canadienne, qui jouit quand même d’une solide expérience en course automobile grâce à des partenariats avec Aston Martin, Mercedes, le championnat IndyCar et la Formule Un.

La GT étant ce qui se rapproche le plus d’une voiture de course sur la route, Ford l’a confiée à de bonnes mains. Saurez-vous mettre la vôtre sur ce rarissime spécimen pour voir comment est la conduite? Bonne chance!